"Double je"

Indéfinissable…

Sur mon bureau quelques livres choisis parmi les fidèles.
J’en reprends une phrase de temps en temps comme s’il s’agissait d’une gorgée de thé.
Ensemble nous attendons qu’il se passe quelque chose.
Cela viendra du ciel, de la lumière, des nuages, du sillage d’un avion, d’un frémissement de branche du pin, d’un bruit lointain, de toutes ces choses inutiles qui filtrent les heures.
C’est indéfinissable mais cela vous tient.
Lorsqu’on me demande ce que je fais, je réponds simplement: j’attends d’être surprise.

"Double je"

Lointains…

Quand j’écris les silences et que surgissent les images j’éprouve un étonnement devant les mots qui viennent à ma rencontre. Sur la feuille blanche la plume dessine des lointains où s’essouffle le vent,la vie toute entière se concentre et circule dans ma main qui écrit.

"Double je"

Ecrire…

Vertige, frénésie, instants de doute, mille façons d’écrire 
qui se résument en une seule, suivre le mouvement de sa pensée.Syntaxe simple ou complexe, vocabulaire élémentaire ou prodigue, sécheresse ou ébullition, lignes droites ou arborescentes, phrases calmes ou effervescentes, c’est selon
ce que j’aimerais formuler qui invente la langue appropriée à son dessein.

photo lettres de Gustave Klimt